Attention, aujourd’hui j’aborde un sujet tabou chez les joueurs de Pokemon Go : la Triche ! L’engouement démentiel qui existe autour du jeu a fait naître tout un tas de contournements à l’utilisation prévue par les concepteurs du jeu. De nombreuses barrières sont en place pour éviter que des joueurs ne deviennent des tricheurs (dont certaines pas plus tard qu’hier soir, le 3 août 2016) . Mais est-ce que cela sera suffisant pour enrayer ce phénomène ?

ours-polaire

En préambule, je souhaite préciser ce que vous ne trouverez pas dans cet article : les noms et descriptions des solutions pour tricher, des astuces de triches etc … Je me suis intéressé au sujet et je l’ai creusé aussi loin que mes connaissances techniques limitées me le permettait. Je fais un constat sur la situation que j’ai vue (et testée du coup).

Globalement, j’ai identifié trois contournements majeurs au principe du jeu Pokemon Go (on ne parle pas ici d’utiliser sa voiture plutôt que de marcher hein 😉 ). Ces solutions simplissimes à mettre en place, dont je ne donnerai pas les détails, permettent de contourner toute la difficulté (et la beauté ?!) de Pokemon Go. Personnellement après les avoir testées, je suis reparti jouer dans la rue.

Les cartes et scanners de pokemons, au coeur d’un dilemne

La première technique de triche (oui c’est de la triche) consiste à consulter des scanners pour voir l’emplacement des pokemons tout autour de vous (ou à l’autre bout du monde). Je ne parle pas ici de cartes collaboratives créées et maintenus par des communautés de joueurs. Pour moi, ces cartes créées par la collaboration de joueurs vont dans le sens du jeu, surtout depuis les changements effectués par Niantic sur les emplacements de Pokemons (cf: § suivant).

Les scanners en temps réel sont devenus tellement populaires qu’ils surchargeaient les serveurs du jeu et leur fermeture a créé un psychodrame sur la toile. En effet, le système  inclus dans le jeu Pokemon Go (la fonctionnalité 3-steps) pour vous aider à repérer des Pokemons a été désactivé puisqu’il prenait lui aussi trop de ressources. Les joueurs/tricheurs ont alors compensé par ces scanners. A noter que depuis leur fermeture, les emplacements de Pokemon ont changé et je les trouve beaucoup mieux répartis. Les nids très denses ont disparu et les pokemons (surtout les rares) sont plus éparpillés.

Avoir remis les joueurs dans le brouillard est très positif. Cela va dans le sens de l’idée que je me fais du joueur de Pokemon. Il faut chasser et être besogneux pour arriver à tous les attraper. Mais comme toute montée en gamme, la descente est douloureuse et de nombreux joueurs le vivent mal.

Pokemon Go sur ordinateur

Pokemon Go a l’immense avantage de faire sortir les gens de chez eux et de les faire marcher (ou courir pour certains). C’est un point positif qui est inestimable pour moi. Mais qui dit extérieur, dit soumis aux éléments et jouer à Pokemon Go sera surement moins drole cet hiver.

La seconde triche consiste à se passer du support standard : le smartphone géolocalisé. L’intérêt pour le tricheur étant de pouvoir se déplacer virtuellement, avec tous les avantages que cela comporte. Il peut donc jouer depuis son ordinateur et éviter d’affronter la chaleur/fraicheur extérieure, les moustiques, mais aussi les quartiers mal famés (notamment la nuit).

Cette solution est souvent présentée par ceux qui l’utilisent comme une amélioration du jeu, un patch qui ré-équilibre les chances pour tout le monde. En effet, Pokemon Go souffre d’un énorme défault. Les Pokestops et les arènes sont en grande majorité situés en ville. Les campagnes françaises souffrent d’un désert de Pokestops/arènes. Par exemple, dans le village où j’ai grandi (environ 2000 habitants), il n’y a pas d’arènes. Pourtant il est situé à environ 20 mn de voitures de Toulouse. C’est le genre de détail qui fait tâche. Pour s’implifier, j’aurai mis une arène sur chaque mairie de village …

Une autre excuse répandue joue sur l’affectif en abordant une catégorie de joueurs qui, justement, ne peuvent pas (ou plus) sortir de chez eux. Priver d’un jeu aussi populaire toute une catégorie de personne déjà lésée par la vie, c’est dur. Ca se conçoit mais c’est dans l’ADN du jeu et il faut l’accepter.

La possibilité de se déplacer virtuellement a séduit beaucoup de joueurs mais ce n’est pas fair-play vis-à-vis des autres joueurs.

Pokemon Go, le paradis des bots

En préambule, je précise (je sais que c’est litigieux) que je considère comme un art le développement de bots. C’est quelque chose dont je me serai approché si j’avais eu le bagage technique nécessaire. Mais dans Pokemon Go il s’agit d’une technique de triche à laquelle personne ne peut trouver d’excuse.

En introduction, je parlais de la date du 3 août 2016 (pour les lecteurs, l’article est publié le 4 août). La mise à jour de l’API de Niantic leur était clairement destinée. Les bots ont subi un lourd revers le soir du 3 août 2016. Niantic a complètement modifié son API ce qui a permis de faire cesser complètement leur fonctionnement. Les développeurs de bots vont maintenant essayer de faire du « retro-engineering » (définition : analyser le logiciel final pour comprendre comment il a été conçu et ensuite développer son logiciel pour interagir avec lui) sur cette API (on est toujours le 4 août et à première vue ils viennent de finir cette étape. Vont-ils réussir à faire re-fonctionner leurs bots ?). S’ils y parviennent, nul doute que Niantic fera de nouvelles mises à jours. Il est difficile de dire qui gagnera cette bataille « technologique ».

À noter que de nombreux bots sont disponibles sur la toile. Nul besoin d’être un génie pour les trouver. C’est d’ailleurs très ironique de voir Google indexer tous ces moyens de triches sur un jeu conçu par une de ses anciennes filiales ! Et où il vous faut un compte Google pour jouer …

Mais assez de présentations, entrons dans le vif du sujet. Clairement, les bots gratuits sont impressionnants par leurs fonctionnalités et la communauté qu’ils arrivent à fédérer. Ils ont réussi à reproduire le comportement humain dans tous ses détails et les réglages peuvent être infinis si vous prenez le temps. D’autres bots sont disponibles contre paiement. Ils amènent surtout une interface graphique plus simple à maîtriser pour le néophyte. Par contre, au niveau des fonctionnalités, je les trouve derrière les bots gratuits. Si vous souhaitez tenter l’expérience sachez que les bots gratuits sont moins accessibles (techniquement) mais plus efficaces que les bots payants ! Ce n’est peut être pas la peine d’investir de l’argent pour tricher sur un jeu gratuit … surtout lorsque les conséquences peuvent être importantes (bans, suppressions de compte, etc…).

Attention utiliser des bots est clairement de la triche. Il y a des conséquences. Cet article n’est pas rédigé pour vous pousser à tricher. À l’heure où j’écris ces lignes aucun bot n’est fonctionnel pour Pokemon Go.

La triche peut tuer Pokemon Go, Niantic l’a compris

Quittons la pratique pour prendre un peu de hauteur et réfléchir à Pokemon Go et son avenir avec de telles techniques de triche. Autant le dire de suite, si Pokemon Go doit avoir un avenir, ce sera sans les bots. En effet, en quelques jours vous pouvez obtenir un compte niveau 30 (testé) sans y connaitre grand chose et surtout sans avoir joué ! Sans plus de connaissances techniques mais en poussant la logique plus loin, les bots ont développé des systèmes pour récupérer les pokemons les plus puissants tout autour du globe sans être repéré par les systèmes anti-triche de Niantic (précision : les joueurs sur PC peuvent faire la même chose). Je m’estimais heureux d’avoir attrapé un Ronflex CP146 sur Toulouse (ce n’est pas l’amérique mais tout le monde ne peut pas se vanter d’en avoir attrapé un). En poussant le bot à son maximum, en deux jours, un compte que j’ai créé de toute pièce a capturé une vingtaine de Ronflex à des CP supérieurs à 2000. Et je ne parle pas des Dracolosses … Il faut relativiser à vitesse grand V lorsque l’on récupère son compte originel et ses pokemons tout faibles.

Que ce soit le jeu sur ordinateur ou les bots, les deux systèmes de triche déséquilibrent énormément Pokemon Go. Pour préserver son avenir, Pokemon Go doit s’en protéger.