Je profite d’une journée un peu plus calme de mes vacances pour terminer les différents articles que j’ai pu commencer ces derniers jours. Et dans l’actualité fraiche : les championnats d’Europe d’Athlétisme.

Mekhissi-Benabbab of France 3000 M Steeple

Mekhissi-Benabbab of France 3000 M Steeple

Les faits

Hier soir, un mélodrame à la française a eu lieu. Dans ces championnats d’Europe d’Athlétisme, le 3000 m Steeple est une épreuve de référence. Mahiedine Mekhissi a dominé l’épreuve de la tête et des épaules, disposant d’une confortable avance à 100m de la ligne. Fou de joi, il a alors enlevé son maillot et l’a mordu pour terminer l’épreuve les bras en l’air.

La conséquence

Image magnifique d’un champion en plein contrôle, malheureusement l’athlétisme est un monde fait de normes et de règles. Ce genre de comportements n’existe pas d’habitude. L’arbitre de la course a donc logiquement donné un carton jaune à Mekhissi après la course. Cependant, la fédération espagnole – dont les athlètes terminent 4 et 5ème – fait appel au titre de deux règlements. La sanction est sans appel, Mekhissi est discalifié.

Qui est Mahiedine Mekhissi-Benabbad ?

Mekhissi est un athlète français spécialiste des courses de demi-fond. Ces dernières années, il s’est autant fait connaitre pour ses performances très intéressantes que pour sa personnalité très abrasive. En effet, il n’a pas sa langue dans sa poche et n’hésite pas à s’en prendre aux journalistes lorsque leurs commentaires ne le satisfont pas.

Les perdants

Les perdants d’une telle mésaventure sont nombreux. J’aurai même tendance à dire qu’il n’y a que des perdants. Mekhissi d’abord, car un titre en championnat d’Europe ça ne se perd pas sur une telle connerie, d’autant plus quand on imagine la quantité d’entraiements et de sacrifices nécessaires pour arriver à un tel niveau. La France ensuite, car il est toujours très intéressant de rayonner au niveau européen en ces temps de disette économique. L’athlétisme aussi car au niveau sportif, on prive un très bel athlète de sa médaille pour du pinaillage réglementaire. Et enfin l’Espagne. Si nous ne savions pas que certaines fédérations sont sans foi ni loi, c’est le moment de se réveiller. Ce beau pays a préféré faire retirer sa médaille à Mekhissi pour que son représentant – interdit de certaines courses pour des présomptions de dopage récurrentes – obtiennent la médaille de bronze

Les points positifs

S’il est évident qu’il y a beaucoup de points négatif. Je pense que l’on peut tirer quelques enseignements. D’abord, Mekhissi crée un précédent et je ne pense pas qu’un autre athlète tente la même figure de style que lui. L’athlétisme s’assure ainsi de ne pas virer comme le football dans une débauche de célébration. Ensuite, Kowal – français également – qui fait une course magnifique en terminant second, hérite de la médaille d’or. Ce n’est pas comme s’il l’avait gagné sur la piste, mais au moins la breloque reste dans le camp français.